Champollion Simulator

(où l’on voudra bien me pardonner mes incessants anglicismes)

J’aurais voulu garder cet article pour 2022, qui marquera le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion, mais finalement, au diable l’anniversaire au jour près (j’ai jamais aimé les dates, de toute façon), puisqu’en ces temps de confinement nous avons bien besoin d’activités intellectuelles, et surtout pour occuper les enfants emprisonnés à domicile. Des initiatives de ce type fleurissent d’ailleurs actuellement sur internet, puisque ma collègue Amandine Marshall propose par exemple depuis le début du confinement de petits cours de hiéroglyphes accompagnés de jeux à destination des enfants.

Prologue : De l’importance des origins stories

Rien ne m’a jamais tant frustrée, quand j’étais enfant ou adolescente, qu’un adulte répondant à une question “ce n’est pas utile pour l’instant” ou “vous apprendrez cela plus tard“. Et puis en passant de l’autre côté du bureau, j’ai moi-même été confrontée aux questions qui bouleversent le plan de cours prévu et menacent de mettre en retard sur le programme, qu’il s’agisse de cours particuliers (“mais si je fais 8 – 14 et pas 14 – 8, il se passe quoi ?“) ou de TDs à l’université (“mais au fait, Madame, comment on sait ce que ça veut dire les hiéroglyphes ?“).

Dilemme cruel, quand on ne veut pas faire à autrui ce que l’on n’a pas aimé que l’on nous fasse. J’ai donc fait un choix, que je ne regrette pas, et auquel je me tiens rigoureusement : les questions qui paraissent annexes ou parasites, ne le sont pas.

Au minimum, elles font partie d’un rapport de force que l’on ne souhaite pas conflictuel entre ce que les étudiants ont envie de savoir et ce que le professeur a décidé (ou se voit imposer) d’enseigner lors de cette séance, ce semestre, cette année.

Au plus, elles font partie d’une contextualisation essentielle pour comprendre l’enseignement, et pas simplement se contenter de se l’enfoncer dans le crâne. Si je demande à mes étudiants de toujours réfléchir aux sources disponibles et aux indices qui ont pu permettre d’avancer telle ou telle théorie, je ne peux pas décemment leur dire “fais confiance à Champollion et tais-toi”.

Alors, de temps en temps, on bascule dans le mode “conte historiographique”, et on vole dix minutes au commentaire de la Palette de Narmer ou de la biographie de Nyankhsekhmet pour raconter l’histoire des coups de génie linguistiques de Champollion.

La version “pour adultes” de cette histoire consiste à distinguer grosso modo deux éléments cruciaux, qui permettent à Champollion de réussir là où tout le monde, jusque là, a échoué : la compréhension du rôle des cartouches, et la découverte de la catégorie des déterminatifs (un mot que certains, aujourd’hui, préfèrent remplacer par celui de “classificateur”). Mais comme la version pour adultes n’est rien de plus qu’un cours magistral fleuri d’une ou deux blagues sur la vocalisation state of the art de l’égyptien ancien dans Stargate et La Momie, préférons pour aujourd’hui la version “pour enfants”, avec de vrais exercices de mise en situation “champollionesques”, tels que je les ai réalisés pour l’association francilienne de médiation en archéologie Archéolithe

Cherchez le cartouche

Claude Rilly (2010), le plus grand spécialiste actuel de l’une des dernières langues en cours de déchiffrement (le méroïtique, dont l’écriture est d’ailleurs largement inspirée des hiéroglyphes égyptiens mais qui transcrit une langue radicalement différente), rappelait récemment que, pour déchiffrer une langue ou une écriture, les méthodes ne sont pas infinies. On peut travailler à partir de la méthode étymologique ; mais celle-ci ne fonctionne qu’un temps, et seulement avec des langues dont on connaît les descendants. La méthode combinatoire permet, en étudiant les récurrences statistiques au sein des phrases de la langue elle-même, de repérer éléments grammaticaux et mots fréquents, mais finit également par épuiser ses possibilités. La méthode bilinguistique, lorsqu’on a la chance de disposer d’un texte bilingue – ce qui est évidemment le cas de Champollion qui a sous le coude la Pierre de Rosette – permet de disposer de quelques énoncés de base dont on peut déduire vocabulaire et structures syntaxiques. Enfin, une dernière méthode peut mettre en jeu l’analyse contextuelle des données philologiques, et est aujourd’hui utilisée en égyptologie pour mieux circonscrire le sens de certains mots dont on ne comprend pas toutes les subtilités de sens.

Champollion, lui, peut travailler à partir du copte, la dernière évolution de l’égyptien hiéroglyphique, devenue langue strictement liturgique dès le Moyen Age. Il dispose de la Pierre de Rosette, document trilingue dont seules deux parties lui sont utiles (grec et hiéroglyphes classiques), le démotique étant encore plus indéchiffrable à son époque. Mais pour pouvoir mettre en oeuvre toutes ces méthodes, il faut commencer par avoir une idée de ce que l’on lit, c’est-à-dire de la prononciation de l’écriture que l’on a sous les yeux. A l’époque de Champollion, l’on n’a aucune idée des valeurs phonétiques des divers signes de l’écriture hiéroglyphique. Les seuls indices dont on dispose, en-dehors des textes hiéroglyphiques eux-mêmes, sont quelques traités ésotériques de savants arabes ou européens médiévaux, et les travaux d’Horapollon, qui sont certes les plus sérieux de l’ensemble mais qui, datant du Vème siècle de notre ère, ne font pas des miracles non plus, car la compréhension des hiéroglyphes s’est déjà largement perdue. Horapollon ne voit guère plus que des symboles, des métaphores, des significations éventuellement (et aucun moyen de savoir avec quel degré de véracité), mais aucune équivalence phonétique :

Quand ils veulent écrire l’impureté, ils peignent un oryx, parce que, au moment où la lune commence à se lever, il regarde fixement la déesse et pousse un cri, mais sans l’intention de la célébrer ou de l’acclamer. En voici la preuve la plus manifeste : il creuse le sol de ses pattes de devant et roule ses yeux comme s’il était fâché et ne voulait pas voir le lever de la déesse. Il fait d’ailleurs la même chose au moment du lever de l’astre divin qu’est le soleil

Horapollon, Hieroglyphica, §49

La première idée de Champollion n’est pas particulièrement géniale, en soi : il sait qu’il a à sa disposition la méthode bilinguistique, et que dans quelque traduction que ce soit, les seuls éléments qui ne sont pas modifiés, ce sont les noms propres. L’idée de génie est celle qui vient ensuite : il repère les formes oblongues qui enclosent seulement certaines suites de signes dans le texte – que l’on appelle aujourd’hui des cartouches -, et fait le pari qu’elles servent à mettre en valeur le nom des souverains.

A partir de cette première observation, et puisqu’il sait par le texte grec que les noms propres en question sont Cléopâtre et Ptolémée (ce qui n’est pas bien difficile du reste, hein, puisque tous les Lagides s’appellent pareil), il parvient à reconstituer la valeur phonétique approximative de plusieurs signes. Il faut avouer que Champollion est chanceux que les deux monarques macédoniens aient des noms relativement longs et dont les lettres se répètent assez peu entre eux, parce que s’ils s’étaient appelés Jules et Julia, allez reconstituer un alphabet à partir de si peu !

Le principe des fiches proposées aux enfants (de plus de 8 ans) dans les ateliers de “simulateur de Champollion” consistait, sans aucune explication préalable des principes de l’écriture hiéroglyphique, à leur fournir une pseudo-pierre de Rosette, elle aussi “trilingue”. Presque comme Champollion, ils se retrouvent face à un texte qu’ils comprennent (en français), un texte qu’ils ne comprennent pas mais qu’ils peuvent prononcer (en translittération) et un texte où ils n’ont aucune idée de la valeur des lettres (un texte simple en hiéroglyphes). Après avoir examiné les deux derniers textes de la série, on repère les noms propres et on en conclut comme Champollion qu’ils ont été très peu modifiés par le changement linguistique : on peut donc aussi les retrouver dans le texte hiéroglyphique. Une fois le cartouche identifié (même sans culture générale préalable), il s’agit d’un décodage terme à terme : la première lettre du nom de Ptolémée est un P, il équivaut donc au petit rectangle barlong (en fait un siège) qui débute le premier cartouche, etc.

On en profite pour remarquer que les “e” ne comptent pas ! Ce qui est un premier pas vers un principe de réflexion linguistique réel, qui demande à nos mini-scribes de s’affranchir de la référence systématique au français et à l’alphabet latin, pour tenter d’appréhender une logique vraiment différente. On y reviendra un peu plus loin.

En tout cas, grâce à ce premier coup de génie, nos petits Champollions ont déjà reconstitué plusieurs lettres de l’écriture égyptienne. Ce sont celles qui équivalent grossièrement à un alphabet, et que l’on nomme unilitères, parce qu’une lettre y vaut un unique son. En réalité, Champollion n’est pas au bout de ses peines, parce que l’écriture égyptienne comporte aussi des bilitères (une lettre équivaut à deux sons, comme ab ou ba, un peu comme dans les écritures syllabaires de type japonais ou coréen), les plus nombreux, et même quelques trilitères (au secours)

Les déterminatifs, pain bénit du lexique égyptien

La deuxième idée visionnaire incroyable de Champollion, c’est la découverte de l’existence des déterminatifs. Quatrième catégorie de signes de l’écriture égyptienne, il s’agit, contrairement à tous ceux énumérés précédemment, d’images dépourvues de toute réalisation sonore (en tout cas à notre connaissance). Le principe est simple, mais génialissime : la plupart des catégories grammaticales (substantifs, verbes, certains adjectifs) se terminent par l’un de ces signes, qui permet d’assigner une catégorie au mot en question, d’où le terme parfois préféré par certains égyptologues de classificateur, même si cela désigne un élément linguistique bien précis dans d’autres langues comme le chinois ou le nahuatl (Goldwasser 2002).

Le principe est fantastique, parce qu’il ouvre les portes du lexique égyptien. Si vous ne connaissez pas le sens de Wels en allemand, bon courage pour trouver qu’il s’agit du poisson-chat. Mais en égyptien, pas de problème ! : de toute façon, le mot sera suivi de son déterminatif, le poisson-chat si vous avez de la chance, ou dans le pire des cas un poisson générique, qui vous permettra au moins de comprendre qu’il s’agit de la dénomination d’un poisson. C’est le pain bénit de l’égyptologue puisque, si l’on prend justement l’exemple du pain, on en connaît des dizaines de sortes, chacune avec son nom propre, et dont on aurait été bien en peine de comprendre à chaque fois qu’il s’agissait d’une forme de pain si les scribes n’avaient pas aimablement pris la peine de tous les terminer par une petite miche ou une galette de pain. On a beau ne pas comprendre la distinction exacte, les subtilités des diverses recettes, on n’a aucun doute qu’il s’agit à chaque fois d’un aliment cuit à base de farine.

Ce constat expliqué, les apprentis scribes peuvent se pencher sur la deuxième fiche et découvrir une sensation assez étrange : celle de comprendre sans pouvoir prononcer. Lorsque nous apprenons une langue étrangère, nous sommes en général confrontés soit à un alphabet que nous ne pouvons ni déchiffrer, ni comprendre (chinois, arabe), soit à un alphabet que nous pouvons déchiffrer, parce qu’il s’agit du même que le nôtre, mais que nous ne comprenons pas nécessairement (italien, allemand, turc). Or, pour les phrases égyptiennes ci-dessus, la prononciation reste inaccessible si l’on ne connaît pas la valeur des différents signes, mais le sens, lui, est limpide grâce aux déterminatifs :

[un oeil] – [un homme] – [un chat] = l’homme voit le chat

[porter la main à la bouche] – [un hippopotame] – [un chat] = l’hippopotame mange le chat

Il est vrai que comprendre le verbe manger à partir de l’homme mettant la main à la bouche (qui signifie aussi l’ensemble du champ lexical de la parole ainsi que des émotions !) demande un peu plus de gymnastique intellectuelle, mais on s’y retrouve très rapidement. Quant aux deux phrases suivantes, elles illustrent le fait que, une fois cette mécanique comprise, il est très facile au linguiste de réaliser des inférences sur le sens d’autres mots, qui sont, eux, dépourvus de déterminatifs, en utilisant (sans en être conscients bien sûr) la méthode combinatoire :

[un roi couronné] – [un hibou ?] – [un bateau] = le roi … le bateau

[un canard] – [toujours le hibou ?] – [un arbre] = le canard … l’arbre

Il n’en faut pas plus pour déduire que le hibou, qui a la valeur phonétique m, représente la préposition “dans”, la seule à faire sens dans les deux phrases.

Une fois cet échauffement introduit, on peut proposer un exercice tout à la fois un peu plus complexe et plus ludique. Cet atelier est un all-time favourite qui remporte systématiquement les suffrages des enfants… et des parents. Il s’agit d’un conte interactif, librement traduit d’un véritable conte égyptien du Moyen Empire (vers 2000 – 1800 avant notre ère), avec un principe très simple : on raconte l’histoire, et régulièrement, on s’interrompt pour demander à l’auditoire de “traduire” le texte à partir de l’original hiéroglyphique, c’est-à-dire de retrouver quel concept le déterminatif égyptien peut désigner, à partir de sa forme et du contexte de la phrase.

L’histoire de Sinouhé se prête de plus particulièrement bien à un temps de conte au calme avec des enfants, même jeunes (je le fais régulièrement avec des CP/CE1 qui n’ont aucun souci à maîtriser l’écriture hiéroglyphique même avant de maîtriser tout à fait celle du français), peut-être parce que l’histoire racontée se coule étonnamment bien, malgré ses quatre mille ans, dans un schéma narratif digne d’un dessin animé ou d’un conte qu’ils pourraient entendre aujourd’hui. Sinouhé est un soldat qui, par peur d’être accusé de complot contre le roi (alors qu’il est évidemment d’une loyauté sans faille), doit fuir et s’exiler en Syrie, où il vit moult péripéties, mène des combats, gravit l’échelle sociale et finit par se marier avec la fille du roi local. Je suis toujours agréablement surprise lorsque, arrivés à ce stade du récit (qui dure une bonne demi-heure), je demande toujours pour vérifier que tout le monde suit encore : “Mais il manque quelque chose à Sinouhé, et malgré toutes ses richesses et sa vie paisible dans son domaine avec sa famille, il n’est pas tout à fait heureux. Pourquoi ?“, et que l’ensemble de l’auditoire répond en chœur : “Parce qu’il voudrait pouvoir retourner chez lui et que le roi lui pardonne !

Ecrire son nom en hiéroglyphes, oui, mais pas n’importe comment

Au-delà de l’initiation aux hiéroglyphes eux-mêmes, que la plupart des enfants auront oubliés peu ou prou dès leur sortie de la salle, l’intérêt de cet atelier réside dans la réflexion sur des mécanismes linguistiques qui sont différents des nôtres.

Le fait de réaliser que certains sons comme le “o” n’existeront pas en égyptien et devront être rendus, à défaut, par un “ou” (c’est d’ailleurs ce que font les scribes des Ptolémées qui trouvent une parade avec un signe qui avait originellement une valeur proche de wa) ; qu’un “e” ne vaut pas un autre (dans Juliette, le premier vaut le son [è] tandis que le second, muet, n’a aucune raison d’être répercuté dans une transcription en hiéroglyphes) ; que le “c” n’a en réalité aucune raison d’être, puisqu’il vaut toujours ou bien [s] ou bien [k] ; que les lettres “ch” ne seront pas transcrites par c + h mais par un unique symbole équivalent au son [ch], tandis qu’au contraire le “x”, inexistant, devra être décomposé en k + s ou k + z, tout ceci nécessite une gymnastique intellectuelle complexe, pour des enfants tout juste familiarisés avec le système de l’alphabet latin, pour déconstruire l’équivalence entre prononciation à l’oral et notation à l’écrit.

Une parmi des centaines de “grilles d’équivalence” hiéroglyphiques erronées que l’on peut trouver dans le matériel pour enfants disponible sur internet (ici tirée de http://1et2et3doudous.canalblog.com )

C’est pour cela qu’il est si intéressant de faire écrire leur nom en hiéroglyphes aux enfants. C’est aussi pour cela que la plupart des grilles “alphabétiques” distribuées sur internet ou dans des livres à destination des enfants sont ineptes : en proposant une équivalence lettre à lettre, elles annihilent en réalité tout le potentiel didactique qu’offre une distanciation avec son propre système linguistique et scriptural. Pour ce faire, mieux vaut privilégier une présentation de ce type :

C’est aussi l’occasion de rappeler l’usage des déterminatifs… et d’encourager la créativité ! L’égyptien hiéroglyphique en effet a une particularité absolument magique par rapport à notre alphabet latin si abstrait : la nature figurative des caractères autorise, mieux encore que des calligrammes, à “customiser” les déterminatifs, en leur adjoignant des accessoires, une couronne, une fleur ou une épée à la main… De tels “jeux de mots graphiques” sont absolument intraduisibles parce que parfaitement “infra-linguistiques”, mais néanmoins parfaitement visibles et lisibles.

J’ai fréquemment constaté, dans les écoles primaires de Nanterre où je suis intervenue le plus souvent, que les enfants qui connaissaient un peu l’écriture arabe (mais aussi chinoise, quoique le cas se soit présenté moins souvent) faisaient montre d’une aisance bien supérieure dans la compréhension de ce principe fondamental que transcription n’est pas transposition. C’est cette démarche intellectuelle qui constitue l’objectif principal de l’exercice, lequel se trouve en revanche vidé de tout son sens pédagogique lorsqu’on se contente de remplacer une lettre française par une lettre égyptienne. Transmettre l’esprit de la découverte de Champollion, c’est peut-être surtout remettre au premier plan toutes les particularités de son fonctionnement, au premier chef le système des déterminatifs, si loin de nos propres réflexes d’écriture et pourtant si élégant et logique ! et ainsi , plutôt que d’en réduire la richesse à un système graphique simplement équivalent au nôtre, rendre les enfants sensibles à toute la différence incommensurable qui sépare notre écriture de celle qu’employaient les Egyptiens.

Image de couverture tirée de Uderzo & Goscinny, Astérix et Cléopâtre, 1965

Matériel clés en mains

Ateliers “Déchiffre les hiéroglyphes” (8 ans et +)

               
 "Pierre de Rosette"       Déterminatifs

Conte de Sinouhé version remaniée (5 ans et +)

      
    Texte du conteur
+ Hiéroglyphes à montrer

Références

GOLDWASSER O. (2002), Prophets, Lovers and Giraffes: Wor(l)d Classification in Ancient Egypt, Wiesbaden

RILLY C. (2010), “Towards the translation of Meroitic texts: Prospects and Methods”, in W. Godlewski & A. Lajtar, Between the Cataracts. Proceedings of the 10th Conference of Nubian Studies. Part II, Varsovie, p. 731-746


2 réflexions sur « Champollion Simulator »

Répondre à Xavier D. Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.