Devoir donner des devoirs : La création comme soupape

Docteur en études nordiques, R.A. Jamet a été ATER à Sorbonne Université, intervenant notamment en master pro axé sur la traduction et la médiation culturelle. Ce billet inaugure une nouvelle rubrique consacrée aux outils – numériques ou plus traditionnels – accessibles aux enseignant·es autant qu’aux étudiant·es pour repenser les pratiques et se faire attentif aux besoins et aux conditions d’apprentissage.

Sans vouloir prétendre avoir inventé de toutes pièces des dispositifs, méthodes ou activités pédagogiques, j’aimerais participer avec ce billet à une réflexion sur la créativité comme soupape, en me fondant sur deux cas pratiques ou plutôt expérimentations pédagogiques mises en place dans le cadre d’heures d’enseignements données en études nordiques.

En réfléchissant au concept de rendu, de devoir maison et – avouons-le – en tentant de renverser le cycle attendu d’un rendu formaté correspondant aux attentes fantasmées d’un enseignement à l’université, j’ai constaté qu’il existe de nombreuses manières d’évaluer un travail (dans le cas où l’on doit mettre une note) sans avoir à passer par de la dissertation, du questionnaire, de l’analyse de document ou de l’exposé.

Contexte des cours : littérature et informatique

Les deux cours dont je vais donner le détail ici ont été donnés dans le cadre du même Master, c’est-à-dire un Master pro (avec un stage long obligatoire au cours du cursus) axé sur la traduction (langues scandinaves et germaniques) et la médiation culturelle.

Le premier cas que je souhaite présenter est celui du rendu à l’issue d’un cours de littérature scandinave contemporaine, où, avec un panorama de textes récemment publiés en Suède, au Danemark et en Norvège, nous avons abordé les notions d’intertextualité et d’intermédialité et plus généralement les jeux des auteurs et tous leurs procédés pour aboutir à de la littérature dite de ‘collage’. Le matériel de base de ce cours était une lecture commune de trois romans très différents au fil du semestre. Chaque séance était consacrée à une partie du roman, avec pour fil rouge la recherche d’éléments spécifiques de ‘collage’ : usage de citations, de typographies diverses, d’images, présence d’éléments parodiques, références à d’autres œuvres, jeu avec le lectorat, rapports à différents espaces ou différentes temporalités, etc.

Le second rendu que je souhaite mettre en parallèle avec le premier est l’aboutissement d’un cours très différent puisqu’il s’agissait d’un cours d’outils informatiques consacré à l’apprentissage de quelques fonctions de base d’un logiciel de montage audio (ici Audacity, logiciel libre et gratuit). Le matériel de base était constitué d’enregistrements personnels ou de celui de l’un des cours précédents. La séance était consacrée à des manipulations des différents outils du logiciel pour en expérimenter les effets sans forcément enregistrer le résultat obtenu.

Capture d’écran d’un projet audio en cours de montage sur Audacity : piste de musique et piste de voix

Rendus : Création de la soupape

Dans le premier cas, le devoir consistait à produire une petite œuvre de fiction où étaient rendus visibles tous les procédés de ‘collage’ étudiés en cours et d’utiliser de surcroît un certain nombre de références au monde scandinave voire nordique. Un exposé à la dernière séance était prévu pour que chacun·e fasse sa propre exégèse et explique aux autres les différents procédés qu’iel avait utilisés.

Si je décompose le déroulé didactique du premier cas, on aurait ainsi en classe une première phase de lecture, une phase d’enquête qui ne fait pas peur, une phase d’apprentissage par la connexion entre des relevés et un concept, une phase de complétion personnelle et de mise en commun puis une phase de création remplissant des critères techniques complété par une explicitation de ses choix.

Dans le second cas, il s’agissait de me remettre une bande son de 5 minutes où le montage de minimum deux pistes différentes était clairement audible. Le choix des matériaux audio était complètement libre : de la musique, des lectures de textes, des conférences, des cours, des bruitages, …

Du point de vue didactique, nous avons une première phase de prise en main technique d’un outil inconnu ou peu maîtrisé, une phase d’expérience qui n’a aucune conséquence, une phase de résolution de problèmes en commun puis une phase de création remplissant à nouveau uniquement des critères techniques. (C’est de toutes les manières un élément récurrent de ce carnet que de plébisciter les barèmes à critères de réussite différenciés, détaillés et explicités).

Photo par Stas Knop de Pexels

Les deux cours, même dans leurs déroulés, étaient donc très différents, les attentes également et pourtant la phase finale, c’est-à-dire celle de la création du rendu, est très similaire.

Dans les deux cas, le thème restait libre et j’ai aussi clairement que possible expliqué que je ne noterais pas l’esthétique ou la réussite sonore ou littéraire du rendu : ce ne sont pas des cours de création artistique. Puisqu’il s’agit d’exercices notés, le principe est donc de remplir les critères techniques – si j’ose, objectifs – en ayant malgré tout un certain champ libre.

Ainsi, au moment de la correction et donc de la notation, dans le premier cas l’exposé oral devait mettre en avant comment iels avaient utilisé les grands types de procédés de ‘collage’ vus en cours – que je listais donc au fur et à mesure – et expliciter les références scandinaves et nordiques qu’iels avaient intégrées à leur récit – je cochais alors chaque pays cité.

Dans le second cas, ce devoir était intégré à un ensemble d’autres rendus et les points de cette leçon sur l’audio étaient accordés si on entendait distinctement deux pistes, si le format du fichier était lisible et si la durée des 5 minutes était respectée.

Dans les faits, une des raisons qui m’a poussé à proposer ce type de rendu était aussi liée au calendrier universitaire : les périodes de partiels sont particulièrement concentrées et chargées sur peu de temps, surtout dans le cas des Master 2 qui suivaient mes cours à ce moment-là. Ne pouvant repousser ou avancer trop mes propres dates de rendu, je souhaitais leur proposer avec ces formes un espace d’expression qui, s’il était malgré tout imposé par l’université, n’en restait pas moins suffisamment différent de tous les dossiers et autres contrôles qu’iels avaient à produire, afin de leur offrir une forme de soupape – même si le devoir nécessitait malgré tout un certain travail.

Je ne saurai dire si c’est simplement le fait de ces nouvelles modalités d’évaluation ou si cela était lié à l’ambiance de relative confiance qui régnait pendant nos cours, mais les résultats ont été au-delà de mes espérances puisque la plupart des devoirs étaient de mon point de vue plus de l’ordre de la création que de la simple application de consignes techniques.

Photo par Lisa de Pexels

Conclusion : se donner la possibilité de respirer

Je me suis finalement rendu compte que, dans les deux cas, la créativité ne pouvait pas être synonyme de liberté totale. Les contraintes de contenu restaient fortes pour le rendu en littérature et les contraintes formelles terriblement fixes pour l’audio. Malgré tout – et même si dans aucun des deux cas je n’attendais spécifiquement une grande originalité -, pour mon plus grand plaisir, alors que je m’attelais à la tâche de les corriger, ce moment d’évaluation s’est transformé en une séance de découverte littéraire et radiophonique offerte par les étudiant·es.

En effet, aucune histoire ne se ressemblait dans le premier cas et leurs exposés étaient passionnés – car occuper la place de l’auteurice peut être galvanisant. Dans le second cas, alors que je n’attendais officiellement qu’une superposition de deux pistes, j’ai systématiquement reçu des petites créations sonores aussi diverses que ce qu’on pourrait entendre dans un podcast ou sur son poste.

Je me rappelle avoir été ému du contenu intime de certaines nouvelles – au point de ne pas pouvoir m’exprimer dessus, un peu comme un secret confié que l’on ne doit pas divulguer – et de m’être laissé porter par des pistes presque trip pop où ma voix expliquant l’importance des feuilles de style dans un traitement de texte était élégamment saccagée.

Photo par Skylar Kang de Pexels

Enseignant·es non-formé·es au préalable, nous apprenons souvent ‘sur le tas’, nos expériences, nos intuitions, nos conclusions ne sont qu’empiriques et se verraient peut-être validées comme de banales évidences par les recherches en didactique ou les expertises en pédagogie toujours à l’affût des dernières avancées.1

Mais ce que j’ai pu constater en me débarrassant d’une modalité d’évaluation classique – car probablement ni intéressante pour elleux ou pour moi, ni même pertinente vis-à-vis de ce que j’étais censé valider comme connaissances ou compétences – est que cela a finalement laissé plus de place à une forme de créativité, non comme le but visé mais comme un champ potentiel d’expression. Cette expression ne serait jugée que sur des critères techniques, critères pouvant donc être remplis de manière rapide pour les plus pressé·es ou occupé·es d’entre elleux. La soupape n’était là que comme une possibilité ouverte et non comme une obligation… mais beaucoup s’en sont tout de même saisi.

Ce n’est évidemment pas un remède miracle et peut même en déstabiliser certain·es à qui sortir du cadre plutôt que d’y rester demande plus d’efforts – mais il me semble que, au milieu d’un ensemble d’injonctions étouffantes, on a parfois toustes besoin de cette confiance et de cette petite respiration alors bienvenue.

Photo de couverture par Barbara Webb de Pexels

  1. Ce billet n’aborde pas du tout de notions connexes par exemple celle d’art thérapie car elle semble assez éloignée des cas pratiques tels qu’ils ont été vécus en cours. En effet la création n’était utilisée comme un biais pour atteindre un objectif tiers mais à l’inverse elle a été la conséquence tierce d’une relative liberté lors de la réalisation d’un premier objectif. Néanmoins cela pourrait être intéressant de creuser cette piste et de ses éventuels rapports à la pédagogie. []

Une réflexion sur « Devoir donner des devoirs : La création comme soupape »

Répondre à Axelle Brémont Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.