Maïeutique et commentaire de doc’s

Enseigner l’histoire et l’archéologie de l’Egypte ancienne a un grand avantage qui est aussi un grand inconvénient : rien ne ressemble plus à une statue égyptienne qu’une autre statue égyptienne. C’est une bonne chose, parce que les étudiants se constituent rapidement une culture visuelle et un stock de concepts et de remarques réutilisables pour chaque document ; mais c’est aussi un calvaire, tant ils ont la sensation de ne rien avoir de spécifique à dire sur tel ou tel document individuel.

Pour éviter cette sensation de routine, pour les exercer à déceler les petites marges de liberté, les petites originalités dans un contexte formel très standardisé et canonisé, et pour inciter à dépasser la lecture au premier degré de l’iconographie, j’aime proposer en début de semestre une séance sur la statuaire royale qui plaît en général beaucoup. Elle démarre sur une analyse guidée de la statuaire très particulière de Sésostris III, en regard de l’excellent et très accessible article que lui a consacré Roland Tefnin (1992). Le même raisonnement très structuré est ensuite appliqué par les étudiants à la statuaire d’Akhénaton, pour tenter d’en comprendre les étrangetés formelles.

En couplant ce bloc d’analyse de documents, participatif sans trop s’éloigner des canons universitaires, à un exercice de dissertation axé sur la notion de portrait (voir powerpoint de séance complet), la séance dure sans peine deux heures.

La dialectique du banal et du bizarre. Consolider et challenger en permanence la culture visuelle

Statue en granite de Sésostris III (détail), Deir el-Bahari
Musée du Caire, inv.no. RT 18.4.22.4 (photo Antikforever)

Avant même de découvrir la lecture suivie, les étudiants sont invités à observer ce document (l’atelier fonctionne avec presque toutes les statues de Sésostris III, mais cette image est l’une des plus flagrantes). Qu’est-ce qui vous paraît inhabituel dans cette image ? Après quelques fausses pistes (le nez cassé, le port du nemes), une ou plusieurs voix finissent par suggérer timidement : « … les oreilles ?« . C’est par la provoc’ et l’évidence surjouée que j’aime souligner l’incongruité de ce détail dans le canon de proportions si normé de la statuaire égyptienne : Ben oui, les oreilles ! Non mais vous avez vu ça ? C’est Dumbo, ce mec ! Les autres rois, ils ont jamais des esgourdes pareilles !

Une fois que tout le groupe a remarqué qu’effectivement, la taille des oreilles détone fortement par rapport aux statues royales qu’ils ont eu l’habitude de voir précédemment, il faut en général peu de temps pour que d’autres ajoutent que les paupières lourdes, tombantes, les poches sous les yeux, les rides aux commissures sont elles aussi étranges. Le groupe est prêt à découvrir le titre de l’article : « Les yeux et les oreilles du roi »

Ce court texte de Roland Tefnin se prête particulièrement bien à la lecture par des étudiants en licence, par son extrême limpidité d’expression et la clarté du raisonnement. Le premier paragraphe pose ainsi d’emblée tous les enjeux, sans aucun prérequis :

Je me propose, dans le cadre de ce bref article, de tenter quelques corrélations entre le portrait sculpté du roi de la XIIème dynastie et son portrait écrit, en partant de l’hypothèse que le portrait sculpté, loin d’être un témoin passif, innocent, de l’état charnel et psychologique de l’individu royal à un moment de son existence, constitue le véhicule d’un discours médiatique destiné à publier et à imposer une définition précise de l’idéologie royale

(Tefnin 1992, p. 149)

On paraphrase ensemble la thèse clairement énoncée de l’article, pour vérifier que tout le monde est sur la même longueur d’ondes : il s’agit de ne pas prendre les images pour des réalités.

Comprendre et reproduire un raisonnement argumentatif

L’article de Roland Tefnin est structuré d’une manière exemplaire : après avoir énoncé l’interprétation classique de ces éléments formels étranges, l’auteur fournit un ou plusieurs contre-argument(s) permettant d’écarter cette lecture traditionnelle. Il propose ensuite une interprétation alternative, ainsi que des documents complémentaires pour l’étayer.

Pour rendre la rigueur de cette méthode argumentative sensible aux étudiants, nous effectuons d’abord une lecture collective des paragraphes de l’article consacrés à la question des oreilles, en décortiquant progressivement l’argumentaire par des questions – et en profitons pour introduire le concept-clé de sémiotique :

L’exagération la plus évidente, qui a frappé tous les commentateurs, est sans aucun doute la remarquable ampleur accordée aux oreilles des rois depuis la XIIème dynastie (…) On y a vu souvent la preuve du réalisme impitoyablement objectif des artistes de ce temps, autorisés à ne rien dissimuler du physique royal, même ses anomalies, ses malformations [INTERPRETATION TRADITIONNELLE] (…) Il paraît impossible que [ce trait physique] se maintienne avec une telle constance durant 7 générations successives, allant même jusqu’à contaminer, de la XIIIe à la XVIIe dynastie, des familles étrangères [CONTRE-ARGUMENT] (…) L’oreille est, bien évidemment, le signe de l’écoute [INTERPRETATION ALTERNATIVE]. L’écoute du peuple par le roi, par les gens de pouvoir et, en corollaire, le plaisir de la belle parole traversent comme un leitmotiv toute la littérature du Moyen Empire [PREUVE SUPPLEMENTAIRE] (…) Le roi aux grandes oreilles de la XIIème dynastie n’est pas affligé d’une tare physique, il est l’image sémiotique du roi qui écoute et comprend, du roi bienveillant et communicateur

(Tefnin 1992, p. 149-154)
Stèle votive « à oreilles » de Ouser-satet, Deir el-Medina
Turin, Museo Egizio, inv. no. C. 1546 (photo (c) Projet Rosette)

La méthode de base comprise, les étudiants sont alors invités à mettre en oeuvre le même raisonnement face à l’anomalie des yeux cernés et ridés dont fait montre le souverain. Habituellement compris, eux aussi, comme la marque du « réalisme impitoyable » qui régnerait dans l’art du Moyen Empire, cette lecture ne résiste pourtant pas à l’observation des statues complètes du souverain :

Il faudrait (…) expliquer (…) pourquoi ce désir de réalisme absolu prêté aux artistes comme aux rois commanditaires se manifeste exclusivement dans la représentation des visages et jamais dans celle des corps (…) Le corps du roi se montre, sans exception, idéalement jeune : ventre plat, pectoraux fermes et membres puissants

(Tefnin 1992, p. 152)

Revenir sur la notion d’idéalisation est un enjeu essentiel de cette séance : s’il ne s’agit pas de réalisme, alors c’est qu’une autre intention est présente, une intention « sémiotique« , un « message » à faire passer. Le groupe n’a en général aucune difficulté à circonscrire l’intérêt que peut avoir le roi à se présenter avec un visage « âgé » : la vieillesse connote tout de même certaines qualités positives, notamment la sagesse et l’expérience.

A l’invitation de Roland Tefnin, nous prenons le temps d’un excursus pour examiner le « linteau de Médamoud » conservé au Louvre (inv. no. E 13983). Cette oeuvre se prête particulièrement à un travail de lecture par les étudiants, parce qu’avec des connaissances de base minimales, ceux-ci peuvent dégager pas moins de trois interprétations contrastées pour comprendre pourquoi le roi y est représenté à deux âges différents :

  • ou bien le roi montre ainsi qu’il cumule les qualités reconnues à la jeunesse (énergie, vigueur, force physique) et celles de la vieillesse (maturité, sagesse, expérience) – c’est du reste la thèse privilégiée par Roland Tefnin
  • ou bien le roi signale ainsi sa grande piété, par l’idée que, comme l’a exprimé une étudiante toulousaine, « qu’il soit jeune ou vieux, le roi fait des offrandes aux dieux toute sa vie »
  • ou bien, si l’on prête attention aux légendes des scènes, on constate que le dieu, en échange du culte quotidien et d’offrandes alimentaires, « donne toute vie » au roi : on peut alors suggérer, comme l’ont fait deux étudiants en Sorbonne, que le roi se voit en permanence rajeuni, régénéré par l’action revitalisante du dieu

Quelle que soit la lecture privilégiée – et tout l’intérêt de ce document est qu’elles sont toutes également valables -, l’interprétation alternative, ici, est bien que le roi choisit consciemment et volontairement d’être représenté avec des traits marqués par l’âge, pour faire passer un message sur sa personnalité politique. Mais s’agit-il seulement de vieillesse ? Suivant l’exemple de Roland Tefnin de confronter l’idéologie visuelle et l’idéologie textuelle, nous terminons par la lecture de l’un des Hymnes loyalistes rédigés pour Sésostris III :

Protecteur du pays qui élargit ses frontières, qui frappe les pays étrangers avec sa couronne, qui tient les Deux Terres entre ses bras, [qui soumet les pays] étrangers par un geste de sa main. […] Jeune homme unique qui combat pour ses frontières, qui ne laisse pas ses sujets s’épuiser, qui laisse son peuple dormir jusqu’au jour – les jeunes hommes peuvent somnoler : son cœur les protège ! –, celui dont les ordres ont assuré ses frontières ! (…) Celui qui ne dort pas aussi longtemps qu’une affaire est dans son coeur

Au final, ce n’est pas tant âgé ou vieux qu’est le roi : il est fatigué, parce qu’il s’épuise à la tâche pour le bien de ses sujets. Cette conception très originale du pouvoir royal est propre à cette période spécifique de l’histoire égyptienne, tout comme les moyens d’expression visuelle mis en oeuvre pour la véhiculer. C’est ce qui la rend aussi intéressante à exploiter dans une perspective didactique.

Reconnaître et interpréter l’anomalie

Fort de ces deux exemples, le groupe peut se transporter en un point du temps beaucoup plus tardif (près de cinq cents ans plus tard) pour soumettre au même examen d’autres représentations royales qui paraissent tout aussi décalées face à la norme égyptienne : l’iconographie du règne d’Akhenaton.

La démarche étant désormais acquise, il n’y a en général pas de difficulté à faire décrire les images et reproduire le raisonnement de façon collective. Dès lors, mon rôle se limite à poser les questions et à apporter quelques éléments historiographiques :

Stèle dite « de la famille », Tell el-Amarna
Musée de Berlin, inv. no. 14145
  • déviation par rapport au canon : représentation d’une scène de genre intimiste et familiale
  • interprétation traditionnelle : Akhenaton, « papa gâteau »
  • contre-argument : il est peu réaliste qu’une scène officielle, à enjeu politique et religieux fort (stèles placées dans de petits autels domestiques) ait seulement pour but de proclamer l’amour du souverain pour ses enfants
  • interprétation(s) alternative(s) proposées par les étudiants : mise en avant de la continuité dynastique pour préparer le peuple à accepter la succession ; métaphore paternaliste du roi veillant sur son peuple comme il veille sur ses enfants ; mise en avant de la fertilité du couple royal

Tout comme dans l’article-support du début de séance, on peut proposer au groupe de confronter cette idéologie mise en images à une idéologie mise en mots – en l’occurrence, le Grand Hymne à Aton, louange au nouveau dieu censée avoir été composée par Akhenaton lui-même :

Dès l’aube, quand tu apparais brillant à l’horizon (…)
Voici que dans les femmes l’embryon est formé, voici que dans les hommes est créée la semence (…)
L’oisillon encore dans l’œuf, pépiant dans sa coquille,
Tu lui donnes le souffle afin de l’y faire vivre (…)
Tes rayons quand tu brilles nourrissent les campagnes, de manière qu’elles vivent et prospèrent pour toi

Grand hymne à Aton, traduction libre d’après (Simpson 2003, p. 228)

J’aime en général faire commenter rapidement le parallélisme fertilité des hommes <> fertilité des animaux <> fertilité des champs, tous placés sous l’action bénéfique du Soleil, sans insister davantage, afin de laisser aux étudiants la possibilité de réaliser eux-mêmes cette connexion au cours de l’analyse des documents suivants.

Statuette du couple Akhenaton et Nefertiti, provenance inconnue
Musée du Louvre, inv. no. E 15593 (photo (c) Musée du Louvre / Chr. Décamps)
  • déviation par rapport au canon : représentation d’un couple royal (la reine est rarement présente dans les scènes officielles de la royauté jusqu’au règne du père d’Akhenaton), qui plus est se tenant par la main
  • interprétation traditionnelle : Akhenaton, fou amoureux de sa femme
  • interprétation(s) alternative(s) : mise en avant du couple comme unité indivisible : modèle du couple mythique Isis/Osiris + éloge de la fertilité et de l’importance du pôle féminin, en accord avec une nouvelle théologie dont le dieu dominant est hermaphrodite

C’est surtout le dernier exemple qui fait office de test sur les connaissances et les réflexes acquis au cours de cette séance d’analyse et d’éducation du regard collective :

Colosse d’Akhenaton, Karnak
Musée du Caire, inv. no. JE 49529
  • déviation par rapport au canon : hanches et cuisses larges et curvilignes, bedonnant
  • Souvent, les étudiants émettent également une remarque sur le visage « chevalin » d’Akhenaton. On peut alors expliquer que dans ce cas, il s’agit vraisemblablement d’une prise en compte par les Egyptiens du phénomène de parallaxe (voir Laboury 1998, Angenot 2008) : un colosse est fait pour être vu en contre-plongée, non en vis-à-vis ; si la prise de vue s’effectue avec la hauteur originelle de la statue, la déformation disparaît. C’est très intéressant mais n’implique pas directement un message idéologique et politique
  • interprétation ancienne : Akhenaton était malade et/ou difforme
  • contre-argument : si le roi était réellement malade, il est probable qu’il n’aurait pas cherché à « s’en vanter » dans sa statuaire officielle. Si les étudiants ne sont pas convaincus, on peut également ajouter que (Spieser & Sprumont 2004) ont rappelé que les syndromes les plus fréquemment invoqués pour « expliquer l’apparence » d’Akhenaton se manifestent également par la stérilité et l’infécondité, deux qualités que l’on ne peut pas imputer au monarque qui a eu de nombreux enfants comme on l’a vu plus haut
  • interprétation(s) alternative(s) : retour de l’hermaphrodisme évoqué précédemment, et donc de l’idéologie de la fertilité qui a traversé toute notre compréhension de l’iconographie d’Akhenaton, soulignant sa grande cohérence. Quant au ventre proéminent, les étudiants font sans peine le lien avec les concepts d’abondance et de prospérité : on retrouve également le lien entre fertilité des êtres et fertilité des champs. Ils sont en général plus convaincus encore en découvrant que les génies du Nil et autres figures de la fertilité sont figurés avec des bourrelets ventraux et des pectoraux tombants depuis les débuts de l’art égyptien.
Génie de la fertilité (détail), relief du temple funéraire de Sahourê, Vème dynastie, à Abousir

« Vous ferez tout, et je ne ferai plus rien »

Cette phrase souvent citée, avec un poil d’esprit de provocation, comme la devise de la pratique de la classe inversée, est facilement adaptable à un cours de TD : puisqu’il s’agit principalement de travail sur document, les étudiants sont normalement, naturellement, à l’origine d’une grande partie de l’analyse produite. Cette séance permet de minimiser grandement l’apport d’informations extérieures par l’enseignant, en s’appuyant essentiellement sur la capacité d’observation, la culture visuelle, et l’interprétation « de bon sens ». Elle permet de focaliser l’attention moins sur les connaissances disciplinaires que sur une leçon méthodologique générale : lorsqu’on regarde des images, il faut aller au-delà des apparences, ou de l’explication la plus immédiate, pour en comprendre l’intention sémiotique profonde. La démarche d’enquête apparaît d’autant plus ludique lorsqu’on oppose, à des images extrêmement standardisées qui donnent rapidement la sensation du répétitif, la quête du détail apparemment insolite, et la recherche de sa raison d’être.

Matériel de séance

L1 – Début de semestre

                 
Séance complète     Notes de séance     Lecture guidée

Références

ANGENOT V., « Le rôle de la parallaxe dans l’iconographie d’Akhenaton », Bulletin de la Société Française d’Egyptologie, no. 171, 2008, pp. 28-50.

LABOURY D., La statuaire de Thoutmosis III. Essai d’interprétation d’un portrait royal dans son contexte historique, Liège, 1998.

SIMPSON W.K., The Literature of Ancient Egypt, 3e edition, New Haven & Londres, 2003.

SPIESER C. & SPRUMONT P., « La construction de l’image du corps de l’élite égyptienne à l’époque amarnienne », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, vol. 16, nos. 3-4, 2004 [en ligne, consulté le 21/02/2020 : http://journals.openedition.org/bmsap/3983]

TEFNIN R., « Les yeux et les oreilles du roi », in M. Bronze & Ph. Tallon (eds.), L’atelier de l’orfèvre. Mélanges offerts à Philippe Derchain, Louvain, 1992, pp. 149-155.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.