Ne pas faire parler que les bavards – 3 idées pour délier les langues

C’est un problème universel de la gestion de groupe, pour tout enseignant, et à tout niveau : comment éviter que les étudiants les plus actifs monopolisent la parole sans pour autant briser leur enthousiasme – et comment stimuler la participation de ceux qui, parce qu’ils sont timides, ne suivent qu’à-demi, ou ne connaissent pas la réponse, demeurent désespérément muets.

Il existe bien sûr de très nombreuses réflexions sur ce problème vieux comme le monde (par exemple cet article du Web Pédagogique proposant des idées très originales inspirées des travaux de Spencer Kagan (1994), surtout adaptées à une mise en place en primaire ou secondaire). Il existe aussi plusieurs recherches mettant en doute la nécessité d’une pression constante à participer oralement, notamment du point de vue des étudiants eux-mêmes (e.g. Charlot & Reuter 2012). Néanmoins, la participation orale reste fortement valorisée y compris à l’université, tout à la fois indice du degré de compréhension et de mémorisation par le groupe pour l’enseignant, et outil pour une implication maximale, proactive, dans les apprentissages de la part de l’étudiant.

Outre la participation pour poser des questions, fondamentale et essentielle, et la participation sous d’autres formes (travail en groupe, travail maison, exercice individuel écrit), l’interaction au sein de la classe est souvent amenée à se tenir à l’oral, surtout lorsque l’on refuse de glisser vers le cours magistral en monopolisant la parole. On reparlera ailleurs de débats entre étudiants, de jeux de rôles et autres échanges au sein du groupe, sans intervention nécessaire de la part de l’enseignant. Dans ce billet, il est principalement question d’encourager la participation dans le cadre d’une réponse à un exercice, tout en partageant quelques techniques pour en minimiser l’aspect stressant, vulnérabilisant, voire infériorisant face au professeur ou aux autres étudiants, et inciter tous les membres du groupe à faire entendre leur voix.

La réponse ritualisée : se fondre dans la masse

L’instauration de rituels est une astuce bien connue des enseignants des petites classes (ici, ici ou encore ). A l’université, le risque serait grand de basculer dans l’infantilisant et de rebuter la participation. Je crois cependant que les rituels peuvent y être efficaces, à la condition d’être employés avec parcimonie et une dose d’auto-dérision. Les dates, les définitions, ou encore les termes techniques : tous ces éléments que tous, moi compris, s’accordent à considérer comme rébarbatifs, se prêtent particulièrement bien à une réponse en choeur.

C’est en jouant sur le comique de répétition que l’exercice passe de la rengaine ânonnée à la private joke partagée par l’ensemble du groupe : et d’ailleurs, puisqu’on en parle, ça s’appelle comment, cet ensemble de règles et de normes que les élites suivent dans toutes leurs productions textuelles et iconographiques ? – (dans un soupir amusé) L.E. D.E.C.O.R.U.M !…

Ce jeu de quasi-shibboleth a pour objectif principal de réactiver ces termes nouveaux dans la mémoire des participants, mais aussi et surtout de les habituer à les employer activement dans leurs propres analyses, plutôt que de se contenter de péri- ou de paraphrases. Lorsqu’il peut être pratiqué suffisamment fréquemment, il se reflète clairement dans les copies, bien plus que le rappel vertical à l’initiative de l’enseignant.

Il me semble que le réflexe conditionné de groupe demeure l’une des solutions les plus efficaces pour faire participer l’ensemble des étudiants (puisque la timidité n’est plus de mise quand on se fond dans la masse d’une réponse unanime) – ou, au moins, de permettre une piqûre de rappel collective même à ceux qui n’en joueraient pas le jeu.

Le bouche-à-oreilles : tous dans la même galère (icebreaker garanti)

J’ai décidé de tester cette année un atelier qui s’est avéré très efficace tant pour le teambuilding des premières séances que pour encourager l’expression orale sans complexe. Son avantage est en effet que la prise de parole n’est entendue que par un seul interlocuteur, et donc ni écoutée, ni jugée, par l’enseignant – du reste, la capacité de l’étudiant à restituer au mieux un contenu scientifique n’est même pas l’intérêt principal de l’exercice.

Le “bouche-à-oreilles”, qu’on pourrait aussi nommer “téléphone arabe scientifique”, a notamment été mis en place lors de la Nuit européenne des Chercheurs. J’ai plus tard eu la chance de participer à une initiative similaire lors de l’édition 2017 de la Fête de la Science. L’expérience m’avait beaucoup plu : le principe était alors d’exposer en une minute mon travail de recherche, non pas devant un public, mais à un unique membre de l’audience, ensuite chargé de paraphraser ce qu’il en avait retenu à un second participant, etc. Au-delà de la présentation de quelques-uns de mes thèmes de recherche, l’expérience sociologique était des plus instructives : découvrir ce que les auditeurs retenaient de l’exposé initial, quels éléments se perdaient et quand, à quel point du jeu le discours se stabiliserait autour d’un “message-coeur”.

Adapté pour une séance introductive de méthodologie universitaire axé autour de la prise de notes, de la capacité de synthèse et des techniques de mémorisation, l’exercice est devenu celui d’un résumé d’articles. Pour que les documents de travail restent suffisamment courts et aisés à lire, tout en contenant des informations peu connues des étudiants, mon choix s’est porté sur des billets du blog Actuel Moyen Age, spécifiquement celui-ci sur les déboires des croisés dans la chaleur orientale, et celui-ci sur les Neuf Preux comme équivalent médiéval des Avengers. Le but était également, bien sûr, de leur faire découvrir cette excellente production, tout à la fois informée, scientifiquement rigoureuse, et pleine de sel et de drôlerie.

Chaque demi-groupe a donc lu l’un des articles, puis s’est entendu résumer, ou résumer le résumé, etc., de l’autre texte. La légère gêne des débuts s’est très vite transformée en un rire collectif devant le résultat obtenu, et les synthèses successives qui perdaient de plus en plus de leur substance et de leur cohérence. On profite du débriefing, bien entendu, pour rétablir ensemble le contenu réel des deux articles.

L’exercice a visiblement marqué les esprits, car à l’heure du petit questionnaire d’évaluation que je distribue à la dernière séance du semestre, l’ensemble du groupe de méthodologie de L1 du mercredi après-midi à Toulouse-Jean-Jaurès s’est accordé pour le noter comme l’atelier le plus ludique proposé au cours du semestre (en concurrence étroite avec le jeu de rôles historiographique sur la notion d’ “empire” qui fera l’objet d’un autre billet).

Idéale pour briser la glace entre les membres d’un groupe qui ne se connaissent pas encore, cette activité illustre aussi parfaitement la déperdition progressive d’informations liée aux filtres de la communication : ce que l’on veut dire, ce que l’on dit effectivement, ce que l’autre entend, ce que l’autre écoute, ce que l’autre comprend, ce que l’autre retient, etc. Le fait que le temps d’échange soit limité, et la rotation des duos rapide, oblige même les plus réticents à se “jeter à l’eau” pour garder le rythme – et le fait de discuter seulement par groupe de deux leur permet de participer pleinement à l’atelier sans avoir à s’exprimer réellement en public.

Le vote visuel : quand le silence est d’or

Finalement, lorsque certains étudiants ne veulent décidément pas parler, il paraît difficile de les forcer. Alors, qu’à cela ne tienne : rester silencieux ne signifie pas forcément rester muet, et proposer une participation sans les mots peut être la meilleure façon de contourner une phobie de la prise de parole en public.

Pour un exercice axé sur la mise en forme des plans, il était impératif d’assurer l’implication de l’ensemble des étudiants présents. Je souhaitais aussi éviter que l’effort de réflexion demeure partiel, attendant plus ou moins passivement que la bonne réponse soit donnée par un autre. A la place d’une participation orale, chaque étudiant s’est donc vu distribuer quatre petits cartons de vote, marqués des lettres A, B, C et D.

Pour tout sujet-exemple, quatre plans différents étaient proposés, tous tirés de copies d’annales. Par le choix d’un, ou parfois de deux cartons, chacun indiquait le plan qui lui semblait le mieux convenir au sujet proposé, par élimination. La discussion permettait ensuite de définir quel était le problème de chacun de ces “mauvais” plans de dissertation.

Dans cette expérience, le carton de vote offrait l’avantage de ne pas forcer à parler ceux qui sont trop mal à l’aise pour s’exprimer devant leurs camarades, d’ajuster le délai donné à la réflexion pour que chacun ait le temps de raisonner à son rythme, tout en permettant de contrôler d’un coup d’œil que l’ensemble des étudiants présents a effectivement pris le temps de proposer une réponse.

Image de couverture libre de droits, DLPNG

Références

CHARLOT C. & REUTER Y., “Participer et faire participer : regards croisés d’élèves et d’enseignants sur la participation en classe de seconde”, Recherches en didactiques, vol. 14, no. 2, 2012, pp. 85-108.

KAGAN S., Cooperative learning, San Clemente, 1994.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.