Usages structuralistes des dominos

Dans cette rubrique Retour aux sources, j’aimerais évoquer pour changer des matériels pensés pour des publics plus jeunes, que j’ai eu l’occasion d’imaginer, de réaliser et de tester avant de me retrouver de l’autre côté du bureau à l’université.

En l’occurrence, dans une autre vie, j’enseignais dans un collège alternatif à destination de jeunes en grande difficulté et décrochage scolaire. La classe unique était composée de 12 adolescents, la plupart affectés de forts troubles de l’attention et de l’hyperactivité. Le jeu était l’une des seules manières d’obtenir un temps de concentration suivi pendant plus de quelques minutes.

Le problème est que le jeu est une excellente manière de pratiquer les apprentissages, mais il est beaucoup plus complexe de l’engager sur la construction et l’acquisition de la notion à étudier. Pour la grammaire, pour les mathématiques, et pour toute notion qui de manière générale réclame de déceler la structure sous le cas individuel, c’est l’usage des dominos qui m’est apparu comme un outil particulièrement pertinent.

Niveau zéro : faire la paire

L’usage le plus basique que l’on peut faire des dominos en contexte didactique est bien sûr l’exploitation à partir de la pure paire. Il s’agit en fait de revisiter la flashcard ou le memory avec une autre mécanique de jeu, puisque le point commun de toutes ces pratiques est que l’enfant (il s’agit tout de même de pratiques destinées à un public jeune…) doit associer un A unique avec le B unique qui lui correspond. Le mot avec l’image, les contraires deux à deux, le nombre avec son écriture en toutes lettres… les possibilités, surtout dans le domaine du vocabulaire et de l’orthographe, sont très nombreuses, mais il ne s’agit en réalité que d’un “truc”, une astuce de prof pour rendre plus ludique ce qui pourrait se résumer à une fastidieuse succession de questions/réponses : comment dis-tu “une fraise” ? quel est le contraire de “happy” ? etc.

Un jeu de dominos du vocabulaire comme il en existe des centaines : ici chez https://apprendre-reviser-memoriser.fr/domino-vocabulaire-anglais/

On peut d’ailleurs “gamifier” à l’infini cette association binaire entre un signifiant et un signifié, un mot et sa traduction, etc. On peut envisager des lotos et autres “bingos” (une image tirée au sort permet de cocher un mot sur la grille, ou inversement). En version pour encourager la participation orale d’une classe entière, il existe aussi le “I have / who has”, qui peut être très amusant avec des petites classes, et est redoutablement efficace pour travailler la prononciation de sons complexes ou de mots à l’orthographe trompeuse. L’excellent blog Arrête ton Char dédié à l’enseignement des langues anciennes liste même tout un panel de solutions ludiques pour l’enseignement du vocabulaire grec et latin, toutes fondées sur cet appariement initial A = B.

Deux versions du “I have / Who has” :
En haut, niveau primaire, association mot écrit <> visuel
En bas, niveau collègue, insistance sur la restitution du mot écrit avec une prononciation identifiable par un camarade (notamment paire minimale ch/sh)

Ainsi, pour changer du memory et des dominos, j’ai mis au point il y a plusieurs années un Mahjong (aux règles simplifiées) du vocabulaire de la maison en anglais : pour pouvoir éliminer la paire de “tuiles” (justement, des dominos en bois vierges trouvés ici) , il faut faire correspondre un objet (en images) à une pièce de la maison (écrite en anglais). L’idée est bien sûr de faire nommer l’objet en anglais à chaque paire retirée du jeu. Le concept fonctionnerait tout à fait à l’identique en dominos – même si, ici, on a déjà dépassé la pure relation 1 – 1, pour arriver doucement sur une relation 1 – n (une pièce de la maison correspond à plusieurs objets).

Bref, tout cela est extrêmement utile pour des révisions ou de l’acquisition de vocabulaire, mais c’est un peu le niveau zéro du domino. Avec des joueurs plus âgés, et pourvus de capacités d’abstraction plus élevées, les dominos se prêtent à des usages beaucoup plus complexes, et d’autant plus intéressants.

“Dominer” les équations

En allant un peu plus loin, on peut restituer l’usage originel des dominos, où il n’existe pas réellement de paires fixes n’offrant à chaque coup qu’une seule possibilité (un unique domino à placer à cet endroit précis, et donc un seul cheminement possible), mais bien des paires flexibles, matérialisées par le fait que plusieurs dominos portent le même chiffre sur l’une de leurs moitiés, et sont donc tous substituables les uns aux autres sur un emplacement donné.

C’est là la clé d’un usage beaucoup plus poussé de cette mécanique de jeu : au lieu d’une simple répétition du même chiffre 1 ou 6, on peut proposer des écritures cryptées qui obligent à mettre en oeuvre des compétences acquises précédemment pour savoir à quelle moitié correspond la moitié de domino en question.

C’est typiquement un usage qui peut être décliné en de multiples variantes sur des compétences mathématiques : pour travailler les équations par exemple, on peut conserver le nombre fini de “catégories de réponses” (avec les réponses x=1, x=2, etc.) et proposer un nombre plus varié de “questions” correspondant à ces réponses. Il faudra alors à chaque tour de jeu résoudre l’équation posée par le domino précédent et, en fournissant la réponse, poser une nouvelle équation au joueur suivant.

Ici, quelques dominos “joker” correspondant à des équations-produits admettent même deux réponses et peuvent donc être joués indifféremment sur l’un ou sur l’autre.

(Pour ceux qui n’ont jamais aimé les maths : un produit est égal à zéro si l’un des facteurs est égal à zéro, donc :
pour (7x – 21) (-x + 6) = 0, de deux choses l’une :
soit c’est le membre (7x – 21) qui est égal à zéro, ce qui fait que x vaut 3,
soit c’est (-x + 6) qui est égal à zéro, ce qui fait que x vaut 6
Le domino est donc utilisable sur un 3 ou sur un 6 au choix du joueur)

L’avantage principal est que l’enjeu ludique est préservé : au lieu que tous les dominos aient une place prévue au sein du jeu, éliminant toute possibilité qu’un joueur se retrouve dans l’incapacité de placer sa pièce, ici il y a une vraie possibilité de gagner ou de perdre. Il faut non seulement résoudre les équations (enjeu didactique) mais il faut aussi avoir la pièce correspondant à la situation du jeu, sous peine de ne pas pouvoir jouer, comme dans une vraie partie de dominos (enjeu ludique). Le jeu n’est pas qu’un prétexte pour avancer les notions du cours, il se laisse le droit d’être un vrai jeu, avec du libre-arbitre, de la stratégie et de la compétition entre joueurs.

On mentionnera encore de nombreuses et excellentes variations sur le principe des dominos en mathématiques, en particulier le très bon Triomino des Racines Carrées mis au point par l’Institut de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques de l’université de Lille (testé et approuvé de mon côté avec des 3ème). Stimulée par leur exemple, j’avais mis au point un triomino des angles, pour jouer cette fois avec des notions géométriques plutôt qu’algébriques, proposé au téléchargement ci-dessous.

De l’exemple à la règle : classifier les verbes irréguliers

Mais mon usage favori des dominos, celui qui enthousiasme le plus la structuraliste qui est en moi, c’est celui où la nécessité de trouver un appariement déclenche une réflexion sur les critères de catégorisation, et permet un travail d’extrapolation à partir des cas individuels pour formuler des règles générales. Cet usage des dominos se prête particulièrement bien à la réflexion sur la grammaire.

Une tentative dans ce domaine consistait à réfléchir via les dominos au comportement des verbes irréguliers en anglais. L’immense majorité des collégiens en a subi l’apprentissage sous la forme de triades apprises par coeur et ânonnées eat – ate – eaten hide – hid – hidden (bien souvent sans grande compréhension de ce que chacun des membres de cette formule magique signifiait ou de ses usages) et il est bien rare que les enseignants prennent la peine de faire remarquer que parmi ces verbes dits “irréguliers”, plusieurs adoptent en réalité un comportement similaire, permettant de les rassembler dans des groupes cohérents. C’est là que les dominos entrent en scène.

Pour savoir quelle face d’un domino peut être associée à quelle autre, il faut donc d’abord connaître l’ensemble des formes du verbe proposé, puis déceler la récurrence linguistique et phonétique dans son mécanisme de formation, pour pouvoir l’associer au groupe auquel il ressortit. Seuls les verbes “ultra-irréguliers”, dont le fonctionnement est réellement hors-normes, sont singularisés par un code couleur (les cases bleues).

Après quelques tours de mise en place, les 5 groupes d’ “irrégularités régulières” commencent à apparaître clairement, et leur “petite mélodie” caractéristique devient plus audible de par l’accumulation des exemples individuels :

  • Groupe 1 (terminaison en ght) : catch – teach – bring – buy – fight – seek – think
  • Groupe 2 (trois formes identiques) : bet – cost – let – put – hit – cut – hurt
  • Groupe 3 (flexion d’un i en a puis u) : begin – sing – sink – drink – swim – ring – run (exception partielle)
  • Groupe 4 (flexion d’un o en e avant un w) : know – grow – throw – draw (exception partielle) – blow see (exception partielle)
  • Groupe 5 (réduction d’un double e en e unique) : feel – feed – keep – bleed – meet

Il est alors possible de faire différencier par les étudiants, au-delà de la multitude décourageante des verbes irréguliers, le fait que beaucoup ressortissent en réalité à un groupe cohérent. On peut même amener les élèves à faire de la linguistique sans le soupçonner, en remarquant que la majorité des verbes faisant montre de trois formes identiques sont des verbes courts de trois lettres, que plusieurs de ceux qui récupèrent la terminaison ght ont une finale nasalisée (think, bring) ou chuintante (catch, teach) tandis que les syllabes qui suivent le schéma i/a/u sont toutes terminées d’une nasale, que les doubles voyelles ee ont une forte tendance à se raccourcir au prétérit, qu’elles prennent un t lorsqu’elles ne sont pas déjà terminées par une dentale, etc.

Avec un peu d’imagination, on peut tout à fait décliner le même principe en espagnol (diverses catégories de verbes à diphtongue, verbes en -go, etc.), en arabe (catégorisation des dix formes de dérivation verbale, schèmes de dérivation nominale ou encore logiques de formation des pluriels par exemple)… où il pourrait tout à fait fonctionner comme exercice de découverte et de formulation de la règle. Pour l’anglais, il ne peut en revanche s’agir que d’un exercice de consolidation, puisque cet état du jeu en tout cas ne permet pas de travailler si les trois formes de chaque verbe ne sont pas déjà connues.

Conclusion : Des dominos pour mémoriser, des dominos pour s’exercer, des dominos pour réfléchir

Les trois emplois pédagogiques du principe des dominos présentés dans ce billet répondent à trois objectifs d’apprentissage de complexité croissante : vérifier la mémorisation sur un principe d’équivalence, notamment efficace pour le vocabulaire ; appliquer une règle dans un exercice en associant question et réponse sur un mode plus ludique, particulièrement adapté à des usages mathématiques ; et mise en évidence de structures sous-jacentes, surtout grammaticales et linguistiques, pour dépasser le cas particulier et découvrir par soi-même la règle cachée sous l’apparente irrégularité. Là encore, on peut énoncer la règle verticalement, directement, puisqu’elle est bien connue : mais ce principe de réinventer la poudre est au cœur de l’enseignement participatif et de la pédagogie active, surtout dans le cadre d’une initiation à la recherche.

A l’université, il paraît – à raison – peu utile de faire jouer aux dominos des étudiants adultes. En revanche, proposer comme projet collectif la création d’un jeu sur ce modèle, pour en faire exploiter le potentiel didactique, peut être une activité extrêmement formatrice, comme le sont toujours l’invention autonome d’exercices et la reformulation des savoirs : parvenir à anticiper les attentes de l’enseignant, à réexpliquer et à faire comprendre à d’autres, c’est le parachèvement de la compréhension individuelle.

Photo de couverture par Miguel Padriñan de Pexels

Matériel

Classes de collège

                          
  Dominos équations    Dominos verbes irréguliers
     
  Triomino des angles


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.