A propos

APOLOGIE DE LA MÉTHODE : UN MANIFESTE DU LUDIQUE UNIVERSITAIRE

L’enseignement supérieur en histoire m’a toujours semblé un peu schizophrène. La méthode du commentaire de document, de la dissertation, c’est avant tout de la rigueur, des conventions formelles, une discipline de la pensée. Pour la pratiquer, pour l’appréhender, pas d’autre issue : on s’exerce et on gratte le papier. C’est du sérieux. Et cependant, rares sont les cours qui parviennent à lui faire la part belle. Un seul TD, souvent d’une durée d’1h30 à 2h, se doit tout à la fois de rappeler le contenu du CM, de faire étudier des documents, de fournir des notions et des concepts disciplinaires, de répondre aux questions, de poser des questions, de transmettre et de vérifier les connaissances, de rappeler la méthodologie – et puis, quand on y arrive, de la faire pratiquer. Dans certains départements, il existe une plage horaire entièrement dédiée à la méthodologie. Mais il faut bien avouer que si, à Toulouse-Jean-Jaurès, ces cours sont majoritairement confiés à des vacataires et contractuels, c’est parce que rares sont les enseignants qui aiment à enseigner la méthodo, toute la méthodo, rien que la méthodo.

Moi, j’aime la méthodo. Je crois même que cette UE de méthodologie auprès d’un groupe d’étudiants toulousains compte parmi mes plus belles expériences d’enseignement.

Sauf qu’avant de m’auto-infliger le passage de l’agrégation et préparer anxieusement mes premiers TDs, j’ai enseigné l’archéologie en centre de loisirs, les mathématiques dans un collège pour enfants en difficulté, l’anglais en immersion par le jeu, l’arabe en groupes de conversation pour adultes. Toute mon expérience de l’enseignement est passée par le ludique, le récréatif, l’interactif. Je ne sais pas faire autrement. Les étudiants que j’ai eu la joie de côtoyer au fil des années en témoigneraient très certainement : je crois fermement que le jeu et le rire ont pleinement leur place à l’université, qu’ils n’infantilisent pas, qu’ils ne sont incompatibles ni avec l’interaction avec des étudiants adultes, ni avec le sérieux de l’enseignement supérieur, ni avec la rigueur des exercices académiques.

Et puis, j’ai choisi l’archéologie pour mettre les mains dans la terre. A mon sens, pour vraiment comprendre, il faut toucher, bricoler, bidouiller. J’aime à croire que l’activité créatrice, l’expérimentation ou la manipulation ne sont pas seulement des appâts pour attirer l’enfant vers l’apprentissage : ils sont aussi, et jusque pour l’adulte, un outil pour une participation plus confiante, plus poussée, une meilleure mémorisation et une mise en pratique directe des apprentissages.

Les pratiques pédagogiques innovantes à l’université se développent de plus en plus depuis quelques années, et depuis la rupture définitive avec le « mandarinat » en 68. On peut citer le blog Pédagogie Universitaire ou le blog Apprendre Autrement (très orienté management cependant). La notion de « classe inversée » a quant à elle déjà été importée et adaptée par plusieurs collègues : voir le blog de Jean-Charles Cailliez par exemple. De telles initiatives sont peut-être surtout fréquentes en sciences « dures » ou en sciences de gestion. Ce carnet souhaite contribuer à leur développement en sciences humaines et sociales, et en sciences historiques en particulier.  

Le pari de ce carnet serait de prendre au sérieux la transmission et la pratique des méthodes académiques canoniques à la française, sans se prendre au sérieux. Partager des expériences, des initiatives qui ont fonctionné (ou pas), des retours critiques et des réflexions ponctuelles. On y parlera de serious games, de maïeutique, d’expérimentation, d’ateliers historiographiques et de la sacro-sainte et néanmoins terrifiante problématisation. J’espère qu’il pourra devenir un espace d’échanges et de partage de matériel, pour réfléchir à plusieurs à un espace de formation aussi horizontal et proactif que possible.

Image de couverture par Yan Krukov de Pexels

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search