Champollion Simulator

(où l’on voudra bien me pardonner mes incessants anglicismes)

J’aurais voulu garder cet article pour 2022, qui marquera le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion, mais finalement, au diable l’anniversaire au jour près (j’ai jamais aimé les dates, de toute façon), puisqu’en ces temps de confinement nous avons bien besoin d’activités intellectuelles, et surtout pour occuper les enfants emprisonnés à domicile. Des initiatives de ce type fleurissent d’ailleurs actuellement sur internet, puisque ma collègue Amandine Marshall propose par exemple depuis le début du confinement de petits cours de hiéroglyphes accompagnés de jeux à destination des enfants.

Continuer la lecture de Champollion Simulator

QCM done right

Longtemps j’ai détesté les QCM.

Ils ne me semblaient pertinents ni comme exercices (car l’évaluation est toujours aussi un moment de pratique des apprentissages, et en tant que telle, elle est formatrice), ni comme moyen de jauger l’acquisition des connaissances.

Je les trouve encore aujourd’hui très peu bénéfiques dans la majorité des cas. Il m’arrive pourtant d’en utiliser, jamais pour plus de quatre ou cinq points dans un contrôle de connaissances, ou ponctuellement pour insuffler une motivation supplémentaire à réviser les notions-clés régulièrement ou à effectuer les lectures préliminaires au cours qui font partie intégrante d’une approche inversée.

Et puis, en ces temps de co(VID)nfinement, il peut être d’autant plus tentant de recourir à ce type d’évaluation rapide à exécuter et à corriger pour pallier l’impossibilité d’organiser les examens normalement. Alors quitte à QCM-iser, essayons au moins d’en éviter les chausse-trappes. Pour ma part, j’en identifie trois : la tentation du tout-QCM quand de nombreux types de connaissances ne s’y prêtent pas ; le problème du QCM trop directif ; et la difficulté à juger si un QCM a été rempli sérieusement ou de façon purement aléatoire.

Continuer la lecture de QCM done right