Archives par mot-clé : enseignement distanciel

Why so serious? Du role play en TD ou ailleurs

Il est d’usage de présenter l’expression « serious games » comme un oxymore (Alvarez 2007, p. 8). Pourtant, mêler l’utile à l’agréable, saupoudrer le rigoureux (jadd) et le didactique d’éléments divertissants (hazl), est reconnu comme une pratique pédagogique efficace, un moyen d’attirer et de retenir le lecteur peu réceptif, depuis au moins les miroirs des princes et autres ouvrages d’éducation mondaine du monde musulman médiéval !

Ce qui est vrai, c’est que l’équilibre entre ces deux éléments est toujours délicat. Trop de hazl, de légèreté et d’amusant, et l’objectif d’apprentissage, relégué à un vague rapport thématique, se dilue dans le jeu (comme dans un exemple présenté par Alvarez 2007, p. 87, où un jeu vidéo censé présenter à des collégiens les métiers de l’électricité et de l’électronique se résume à faire sauter le personnage pour collecter des ampoules dans un jeu de plateformes – et là, qu’a-t-on réellement appris ?). Trop de jadd, de sérieux et de contenu intellectuel, et le jeu devient pur prétexte, « une formation déguisée en jeu » (Jean-Noël Portugal, cité par Alvarez p. 242) tout juste une mécanique pour faire avaler la pilule de la connaissance – c’est par exemple mon problème avec l’ « escape game » LearningScape, destiné à la formation des enseignants et proposé par l’organe Sapiens de l’Alliance Sorbonne Paris Cité (et téléchargeable librement). Les phases de jeu, du type chercher des morceaux de papier sur lesquels sont inscrits le nom de concepts pédagogiques ou les fragments d’une phrase, ou encore composer en guise de code secret la date de publication d’un ouvrage de sciences de l’éducation, y sont vite ressenties par le joueur comme une mécanique à grosses ficelles et assez artificielle : elles sont en effet superposées aux notions à enseigner mais ne les mettent réellement en œuvre d’aucune manière.

Schéma de l’une des énigmes de LearningScape (développé par Sapiens sous licence CreativeCommons)

Un des moyens qui me paraît aider le plus à sortir de l’impasse, en proposant une mécanique de jeu qui ne soit pas surajoutée artificiellement à la thématique de l’apprentissage (ce qui est finalement le point commun du trop-jeu comme du trop-sérieux), c’est le jeu de rôles ou la simulation. A travers la mise en situation, en se retrouvant à devoir expérimenter pour résoudre un problème donné ou à incarner par jeu – au sens cette fois quasi-théâtral du terme – un personnage, une idée ou une attitude, l’élève est particulièrement incité à se saisir tout à la fois pleinement du jeu et pleinement des connaissances à acquérir ou mettre en œuvre, et c’est là que la délicate alchimie se réalise le mieux.

Continuer la lecture de Why so serious? Du role play en TD ou ailleurs

Présentiel blues… 4 astuces qui rendent le distanciel moins cauchemardesque, et un quasi-mea culpa

Tous les logiciels et applications évoqués dans ce billet sont des freewares.

Merci aux étudiants de l’UT2J pour leur participation active, leur humeur et leur humour, et tout particulièrement aux L2 pour leur autorisation à citer dans ce billet quelques courts extraits du tchat de séance. Merci également à Maïté Recasens pour son investissement et son inventivité à penser un cours transpériodes en distanciel, doublement inédit et complexe !

On commence déjà à s’habituer à cette rentrée inhabituelle, même s’il semble important de continuer à répéter que ce n’est pas normal, et qu’un enseignement de qualité ne pourra jamais passer majoritairement par les écrans. Pourtant, grâce à l’entraide entre collègues, quelques pépites de pédagogie numérique dénichées çà et là, et des étudiants franchement admirables de patience, de bonne volonté et de bonne humeur, on peut parvenir à force d’acharnement et de temps à mettre sur pied des vrais TDs interactifs, malgré la dématérialisation, malgré les écrans interposés, malgré la froideur et la lassitude des interactions par Zoom.

On trouvera ici un petit nombre d’outils et d’exercices qui ont réussi le pari d’engager les étudiants, collectivement et collaborativement, sur des supports digitaux interactifs qui favorisent la réflexion, élaborés en concertation et partage permanent avec plusieurs collègues de l’université Toulouse-2 Jean-Jaurès, et qui m’enthousiasment parce qu’ils permettent de dépasser la visio-conférence magistrale et le QCM souvent présenté (surtout par nos collègues de sciences dures) comme l’alpha et l’oméga de l’hybridation. Les découvrir, réfléchir à leurs usages et les mettre en oeuvre m’a permis de constituer une petite banque de “techniques qui marchent” à l’épreuve du distanciel, après plusieurs mois à tenter anxieusement d’imaginer l’objet paradoxal que seraient des TDs en distanciel. Je les partage ici en espérant qu’ils puissent servir de bouées de sauvetage à ceux qui y voient eux aussi une forme de quadrature du cercle mais ne souhaitent pas renoncer à des cours où l’on réfléchit ensemble et où l’on ne se contente pas de délivrer du contenu vertical.

Continuer la lecture de Présentiel blues… 4 astuces qui rendent le distanciel moins cauchemardesque, et un quasi-mea culpa

Le cours magistral est-il maudit ?

En ces temps de déconfinement progressif et incertain de l’enseignement, et de pression administrative et politique vers des cours toujours plus digitalisés, les enseignants se trouvent par la force des choses devoir fournir des contenus plus verticaux, qui se prêtent beaucoup mieux au format de l’enseignement à distance, à travers des polycopiés à lire, des vidéoconférences à écouter, des QCM à remplir et des exercices à effectuer en solitaire. En bref, comme le montre bien ce très beau court métrage sur les dérives de l’enseignement distanciel à outrance, la conférence en ligne a aussi foncièrement tendance à tuer l’interaction entre professeurs et étudiants et entre étudiants entre eux, pourtant féconde et stimulante pour les uns autant que pour les autres.

Mais est-ce à dire que le cours magistral est nécessairement maudit ? que, lorsque l’on s’attache à rendre ses cours participatifs, horizontaux et interactifs, le cours magistral serait un temps de mise entre parenthèses inévitable de ces principes, applicables seulement en TD ? Moyennant quelques astuces et un travail approfondi sur le rythme du cours tel que l’ont déjà proposé de nombreux collègues pour penser l’enseignement hybride, on peut espérer continuer à “engager” – comme on dit si élégamment en anglais – les étudiants même en CM, même en vidéo, en évitant au maximum la déperdition d’attention. En bref, comment faire pour permettre aux étudiants de rester proactifs devant un cours magistral, qui paraît être l’épitome du cours top-down ?

Continuer la lecture de Le cours magistral est-il maudit ?