Archives par mot-clé : iconographie

Le paradoxe de la première séance ou « when ignorance is a bliss »

Avouons-le : au premier cours de l’année, même les enseignants aguerris sont souvent aussi anxieux (voire peut-être même plus !) que les étudiants de première année qui s’installent devant eux… Pour ma part, ma hantise principale est toujours celle-ci : comment faire travailler des L1 dès la première séance d’histoire ancienne, sur un sujet auquel ils ne connaissent rien encore ? Plus flagrant encore lorsque le semestre est axé sur la dissertation plutôt que sur le commentaire, ce dilemme n’est cependant pas insurmontable, et ne conduit pas irrémédiablement à se résoudre à « magistraliser » le TD.

Surtout en histoire ancienne, il est traditionnel d’axer la première séance sur la présentation des sources disponibles. Souvent, je pars de l’exemple des nécropoles, fouillées jusqu’à la fin des années 1990, du site égyptien d’Adaïma ; pour un cours couvrant la période du IVème millénaire jusqu’à la bataille d’Actium au Proche-Orient et en Egypte, nous avons opté pour changer pour une étude de cas du village néolithique turc de Çatalhöyük. Dans un cas comme dans l’autre, le travail se focalise sur le problème de l’interprétation des sources et les incertitudes entourant les périodes sans textes. Le contenu disciplinaire dispensé par l’enseignant est limité à un minimum, pour laisser la part belle au travail d’interprétation, d’éducation du regard critique, et de remobilisation d’une culture générale glanée hors de l’université, pour une réflexion sur les apports et les aléas de l’archéologie.

Continuer la lecture de Le paradoxe de la première séance ou « when ignorance is a bliss »

Maïeutique et commentaire de doc’s

Enseigner l’histoire et l’archéologie de l’Egypte ancienne a un grand avantage qui est aussi un grand inconvénient : rien ne ressemble plus à une statue égyptienne qu’une autre statue égyptienne. C’est une bonne chose, parce que les étudiants se constituent rapidement une culture visuelle et un stock de concepts et de remarques réutilisables pour chaque document ; mais c’est aussi un calvaire, tant ils ont la sensation de ne rien avoir de spécifique à dire sur tel ou tel document individuel.

Pour éviter cette sensation de routine, pour les exercer à déceler les petites marges de liberté, les petites originalités dans un contexte formel très standardisé et canonisé, et pour inciter à dépasser la lecture au premier degré de l’iconographie, j’aime proposer en début de semestre une séance sur la statuaire royale qui plaît en général beaucoup. Elle démarre sur une analyse guidée de la statuaire très particulière de Sésostris III, en regard de l’excellent et très accessible article que lui a consacré Roland Tefnin (1992). Le même raisonnement très structuré est ensuite appliqué par les étudiants à la statuaire d’Akhénaton, pour tenter d’en comprendre les étrangetés formelles.

En couplant ce bloc d’analyse de documents, participatif sans trop s’éloigner des canons universitaires, à un exercice de dissertation axé sur la notion de portrait (voir powerpoint de séance complet), la séance dure sans peine deux heures.

Continuer la lecture de Maïeutique et commentaire de doc’s