Archives par mot-clé : secondaire

Utiliser sa tête, Utiliser ses mains

Merci à l’ensemble des 25 bénévoles syriens, libanais, allemand, espagnole, suisse, mexicain, iranienne qui se sont investis pour rendre ces activités possibles pour 170 adolescents de 12 à 17 ans

J’allais écrire que ce billet s’apparentait à quelque chose de différent. Mais en réalité, non : rien n’est différent de ce que j’aurais proposé ailleurs, et je ne voulais pas qu’il devienne différent simplement parce que le public l’est légèrement. Ce mois-ci, j’ai mis au point pour l’ONG Relief & Reconciliation for Syria (sise dans une région rurale du mont Liban, à la frontière syrienne) une série d’ateliers d’initiation au patrimoine et à l’archéologie pour les enfants syriens et libanais auxquels ils proposent habituellement du soutien scolaire, pour leur camp de vacances annuel. Sinon qu’ils sont écrits directement en arabe et remodelés pour parler moins souvent d’Egypte et plus volontiers de Syrie néolithique ou de Phéniciens, ces ateliers ne diffèrent en rien de ceux que j’effectuais habituellement avec des enfants français. Je ne les ai pas voulus différents : ce sont les mêmes enfants, si ce n’est qu’ils ont moins la chance d’aller à l’école, et qu’ils vivent dans une région où l’urgence patrimoniale est bien plus cruciale, entre destructions de guerre, manque de fonds pour la culture et détresse financière de populations qui, parfois, se tournent vers le pillage de sites archéologiques dans l’espoir désespéré de trouver de l’or sous la moindre pierre.

Parce qu’ils ne sont pas différents, ce n’est pas de l’expérience formidablement émouvante de ces presque deux cents adolescents crapahutant joyeusement dans la montagne loin de leurs tentes étriquées et de leurs maisons sans électricité que je veux parler sur ce blog, mais bien de pédagogie : plus précisément, du débat sur l’intérêt de la manipulation en sciences de l’éducation, et de l’apport, dans ce cadre, de l’archéologie expérimentale.

Continuer la lecture de Utiliser sa tête, Utiliser ses mains

Et si on décomposait la composition, ou : « Même une dissert’ sur Rome ne se fait pas en un jour »

On entend parfois dire que les bons étudiants feraient de mauvais professeurs, parce qu’ils n’ont pas expérimenté suffisamment de difficultés de compréhension eux-mêmes pour ne pas voir toute connaissance scolaire comme limpide et évidente. Je ne sais pas si cette impression est justifiée dans le cadre des connaissances disciplinaires, mais elle nous rend certainement de moins en moins sensibles, au fur et à mesure que l’esprit s’affûte, que les habitudes se cimentent et que les réflexes se prennent, à comprendre ce qu’il peut bien y avoir de si difficile à produire une introduction, une problématique, un plan de dissertation ou de commentaire. Depuis la licence, depuis le passage de l’agrégation, depuis mes premières années d’enseignement, je suis devenue une machine bien huilée à pondre des plans problématisés en trois-parties-trois-sous-parties. De là à finalement en concevoir l’impression qu’il s’agit là d’un réflexe naturel de l’esprit humain, le pas serait sans doute vite franchi si l’on ne s’obligeait pas à repenser en permanence l’enseignement de la méthodologie. Et pourtant, force est de constater que cela ne fonctionne pas toujours… voire rarement (c’est peut-être ici la légère déprime existentielle corollaire de la correction des partiels qui parle). Ce sera sans doute le sujet d’encore bien des réflexions sur ce carnet que d’essayer de comprendre comment régler ce problème et de proposer quelques solutions. Pour l’heure, je voudrais en évoquer une qui me paraît décisive : trop souvent, nous enseignons la méthode de la dissertation d’un bloc, comme un tout indissociable. S’il s’agit sans nul doute d’un objet cohérent quand elle est bien faite, rien n’empêcherait pourtant de concevoir une forme de gradation, d’exercices progressifs, pour en faciliter l’apprentissage.

Continuer la lecture de Et si on décomposait la composition, ou : « Même une dissert’ sur Rome ne se fait pas en un jour »

Usages structuralistes des dominos

Dans cette rubrique Retour aux sources, j’aimerais évoquer pour changer des matériels pensés pour des publics plus jeunes, que j’ai eu l’occasion d’imaginer, de réaliser et de tester avant de me retrouver de l’autre côté du bureau à l’université.

En l’occurrence, dans une autre vie, j’enseignais dans un collège alternatif à destination de jeunes en grande difficulté et décrochage scolaire. La classe unique était composée de 12 adolescents, la plupart affectés de forts troubles de l’attention et de l’hyperactivité. Le jeu était l’une des seules manières d’obtenir un temps de concentration suivi pendant plus de quelques minutes.

Le problème est que le jeu est une excellente manière de pratiquer les apprentissages, mais il est beaucoup plus complexe de l’engager sur la construction et l’acquisition de la notion à étudier. Pour la grammaire, pour les mathématiques, et pour toute notion qui de manière générale réclame de déceler la structure sous le cas individuel, c’est l’usage des dominos qui m’est apparu comme un outil particulièrement pertinent.

Continuer la lecture de Usages structuralistes des dominos